Assise sur mon tapis

L’autre jour dans une librairie.
Je déambule un peu puis repère une table couverte de livres bien en vue. Quelques bandeaux d’éditeurs et les petites fiches vendeuses du libraire me font comprendre qu’il s’agit d’une sélection des sorties littéraires de ce début 2022 :

tempête dans le bocal
océan plastique
cahiers d’insouciance
mon année en Zemmourie

Faute de savoir par quel bout prendre l’ensemble de ces sujets partis en tous sens, j’attrapai un stylo et décidai d’écrire un à un leurs titres accrocheurs, un peu comme une liste témoin des préoccupations de notre société du moment, une photographie, un état des lieux du monde de janvier 2022, vu depuis la France :

femme : mode d’emploi
dans l’amitié d’une montagne - petit traité d’élévation
le bug humain
où est le sens ?
un voyage vers soi
dans ma rue il y avait 3 boutiques
manifeste conspirationniste
à nous la liberté
...

Je sortis de la librairie légèrement groggy, la tête en tournis. Le monde d’aujourd’hui était un bazar de sujets, une boule à mille facettes, mille titres accrocheurs qui sollicitaient mes actions et mes engagements, ma compréhension avisée et mon positionnement !

Et il y a tant à faire, de changements à mener !

Je glissais dans les rues de la ville, rues d’apparence paisibles cet après-midi, plus paisibles que la table couverte des nouveaux livres... Quand j’arrivais à l’appartement, j’allais chercher mon tapis de yoga, la tête encore girouette, et le déroulais pour m’asseoir en demi-lotus, prendre une grande respiration, fermer les yeux, écouter… Beaucoup d’oiseaux chantaient, je les avais à peine remarqués.

Mais assise ainsi sur mon tapis, je doute parfois : à quoi peut donc servir, dans ce monde d’aujourd’hui, ce bref instant de méditation, cette brève pratique -chien tête en haut, chien tête en bas- dont je joue et rejoue la partition, jour après jour sur mon tapis ?

Car je n’ai pas de réponse carrée et sûre...

À quoi sert un arc-en-ciel ? C’est un phénomène.

À quoi sert de poser mon tapis ? C’est un pas de recul dans la journée, un exercement de ma conscience, un acte de liberté, un message vers soi, un geste gratuit, un chant du corps, une réaction chimique à la vitesse de la société...? Et entendre les oiseaux, se rappeler qu’être au monde est... phénoménal !

C’est sûr,
ça ne suffira pas pour les changements à mener...
mais
ça ne mange pas de pain,
ça ne fait pas grise mine
ça vitamine
ça rapproche

C’est à portée de main,
à portée de demain -et d’aujourd’hui-,
apport autonome, fait-main